Cléa a six ans

Je suis dans le ventre de ma maman, bien au chaud,  je baigne dans un liquide.  Très souvent, elle me fait un gros câlin à travers la peau, et je lui réponds en me retournant, ou en bougeant une main ou un pied.

Ces douces caresses m’aident à supporter tous les cris que j’entends de plus en plus.  Qu’est-ce qui se passe, là, dehors ?

La dernière fois, nous avons été bousculées tellement fort que nous sommes tombées.  J’ai senti des coups partout autour de ma bulle d’eau, ma maman pleurait très fort.  C’est qui, cet homme qui crie : « je vais vous tuer toutes les deux ! » ?

Le bruit des sirènes est très désagréable, la police emmène mon papa en prison, l’ambulance conduit ma maman à l’hôpital; elle pleure, toute ma bulle se contracte, je sens qu’elle souffre puis, brusquement, je me retrouve dehors. Tout à coup, il fait froid.

Chaque fois que je fais ce rêve, je m’éveille en hurlant, jusqu’à ce que ma maman me serre très fort dans ses bras et me berce, comme quand j’étais dans son ventre.

Aujourd’hui, je n’ai pas fait de cauchemar.  Je m’éveille tout doucement, et je suis de bonne humeur : une odeur suave remplit toute la maison….  Du gâteau ?

Quand j’ouvre la porte de la cuisine, j’entends « bon anniversaire, Cléa ».  Mon anniversaire ? Je n’y pensais plus.  J’ai six ans.

Ma mamy est là, et elle me dit : « pour ton anniversaire, ma princesse, je te propose d’aller nous promener dans la forêt ».

Je ne me fais pas prier : nous partons marcher toutes les deux.  J’ai enfilé mes bottes en caoutchouc violettes, je saute dans la boue, puis rince mes pieds dans les flaques d’eau.  Je ramasse des feuilles pour les faire sécher et les coller dans mon herbier; je cueille un beau bouquet de fleurs que j’offrirai à ma maman.  J’ai même trouvé des glands : je cherche les plus beaux; quand je rentrerai, je leur dessinerai des yeux, un nez et une bouche.  Je les imagine bien comme des petits bonshommes bien sympathiques.

J’adore cet endroit ! Quand je suis dans la forêt, je suis joyeuse et j’essaie d’oublier les soucis de ma vie tellement compliquée.

Nous nous asseyons sur un banc, je me blottis dans les bras de ma mamy, et je lui raconte tous mes petits secrets.

Début septembre, je suis entrée en première année.  J’ai entendu beaucoup de discussions autour de moi à ce sujet.  C’est vrai que je ne suis pas très copine avec les nombres : ne me demandez pas d’enlever ou d’ajouter des objets pour arriver à un chiffre, je cale.  Mon institutrice a dit à mes parents que je devais être capable de dénombrer jusqu’au chiffre de mon âge mais, franchement, je n’y arrive pas.  Alors, elle se fâche, elle dit que je suis dans la lune, mais j’écoute tout ce qu’elle dit.  Je n’en peux rien si je ne sais pas compter.

Quand il s’agit d’écrire mon prénom, ça va mais, si je dois recopier « mon amour » en-dessous d’un dessin pour Lounah (le chien de papy et mamy), ça ressemble plutôt à « ^*_~a nom ».  Ça non plus, il paraît que ce n’est pas très normal.

Ma mamy me rassure, elle me dit que je suis sa princesse, que ce n’est pas grave si j’apprends moins vite que les autres, qu’elle m’aidera à faire mes devoirs.

Il est temps de rentrer chez moi. Là, c’est la surprise : la maison est remplie d’invités.  Ils m’attendent avec des cadeaux.  Je voudrais que ce soit tous les jours mon anniversaire.

Tout le monde est là : mon papa, ma maman, mes deux papys, mes trois mamys, ma grand-mamy, mon parrain, mes cousines….  Il ne manque que mon premier papa.

Lui, je ne le vois plus, parce qu’il boit de l’alcool et qu’il fait beaucoup de bêtises.  C’est ma maman qui me l’a dit.  Je me souviens que, la dernière fois que je suis allée chez lui, il m’a dit que j’étais méchante parce que je ne voulais pas monter sur ses genoux pour qu’il me fasse un câlin.  Je ne sais pas s’il le pensait vraiment, ou s’il a dit cela parce qu’il avait bu. En tout cas, sa bouche avait une odeur très bizarre, et il y avait des bouteilles partout.

Quand ma maman a rencontré mon deuxième papa, j’avais deux ans et demi, et je pleurnichais chaque fois que j’avais besoin de quelque chose ou qu’on me séparait de ma maman.  

J’ai fait pipi au lit jusqu’à cinq ans et, maintenant, quand je suis trop concentrée sur ce que je fais, il m’arrive encore de mouiller ma culotte.

Mon nouveau papa a eu besoin de beaucoup de patience pour m’apprivoiser : je n’étais pas trop d’accord de partager ma maman avec lui.  Il m’a aidée à sortir de ma coquille, il m’a appris à dire des phrases complètes plutôt que de tout montrer du doigt en gémissant.  Depuis quelque temps, il me propose de goûter plein de choses plutôt que de manger toujours des pâtes ou des tartines avec du jambon.

Ce que j’aime par dessus tout, c’est dessiner des cœurs de toutes les couleurs.  Maman me dit que je suis une artiste et, souvent, je lui prouve que j’en suis une : mes beaux yeux bruns ne fixent plus rien, je m’évade dans mon petit monde et j’y reste tout le temps où je me sens bien.  Plus rien n’existe autour de moi : on peut me faire des signes, me parler, crier, c’est pas la peine, je ne réagis pas, je suis ailleurs, comme dans une bulle.

Ma mamy s’est réfugiée dans la cuisine, où elle prépare un couscous qui sent merveilleusement bon.

A table, ils parlent de moi.  Ma grand-mamy dit que j’ai beaucoup évolué ; avant, j’étais fermée comme une huître, mais maintenant, je m’exprime vraiment bien.  Son compliment m’a fait plaisir.  La réponse de mon papa m’a presque fait rougir : « j’aime bien votre image d’huître, parce qu’à l’intérieur, il y a une perle, et Cléa est une vraie perle ».  Tout le monde s’est tu en écoutant cette phrase.

Ma journée d’anniversaire se termine : ma maman amène un délicieux gâteau avec des fraises, je souffle les six bougies, on chante.  Je me sens bien.

Quand je serai grande, j’habiterai juste à côté d’une forêt, et j’aurai un grand chien.

Esprit Livre, C1F corrigée

J'écris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :